Sélectionner une page

De l’antiquité à l’ère moderne, la coiffure a toujours eu une signification particulière. Au-delà de son aspect esthétique, elle a plus d’une fois été acte de révolte, instrument de marginalisation, voire même de torture, de dévotion ou de libération. Cela résume bien la relation souvent complexe que chaque humain entretient avec ses cheveux. Nous vous proposons ci-dessous un petit tour du monde des coiffures les plus célèbres de l’histoire.

La coupe dite à l’écuelle 

Cette dernière date du Moyen-âge. Elle fut très populaire entre les 12e et 15e siècles. Plutôt facile à réaliser, elle était associée à une certaine pauvreté dans la mesure où n’importe qui pouvait la réaliser. Il suffisait de poser un bol au milieu du crâne et toute la chevelure autour était rasée. Jeanne d’Arc est très souvent représentée avec cette coupe. 

Le Porc-épic 

C’est une coiffure courte constituée de boucles adoptée au 18e siècle suite à une représentation d’une pièce de théâtre par le comédien François-Joseph Talma. Elle fut particulièrement en vogue durant la Révolution française.

L’Afro 

L’origine de cette coupe remonterait à l’occupation de l’Ethiopie par les troupes italiennes. Les cheveux des guerriers traditionnels éthiopiens formaient une touffe crépue et arrondie qui a beaucoup inspiré la coupe afro actuelle. Elle est depuis des décennies l’un des symboles de l’identité noire. 

La Banane 

Coupe de cheveux ultra populaire chez les rockers à une certaine époque. Elle consiste à garder une mèche longue sur le dessus de la tête qui est ensuite enroulée et maintenue par du gel ou de la gomina. La forme cylindrique obtenue forme « la banane ». Elvis Presley fut sans aucun doute l’un de ses plus grands ambassadeurs.

La crête iroquoise 

À l’origine, elle serait la coiffure des Mohicans et des Indiens issus de la tribu Mohawks. Elle fut popularisée par la culture punk dont elle est la coiffure emblématique. Pour la réaliser, il suffit de raser les deux côtés de la tête et de laisser une touffe assez longue au milieu. Elle a connu de nombreuses variantes au fil des époques, mais l’esprit punk ne l’a jamais vraiment quittée. 

L’Hurluberlu 

C’est la duchesse de Nevers qui lance cette coupe vers 1670. Le mot en lui-même vient du mélange de deux mots du français ancien. Hurlu qui signifiait ébouriffé, hérissé et de Berlu qui désignait alors une personne excentrique. Aussi nommée hurlupée ou tête de chou, elle dura jusqu’à la fin du 17e siècle.